Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lectures hivernales
  • Lectures hivernales
  • : Avis et opinions bien personnels sur mes lectures et les choses qui tournent autour des livres.
  • Contact

Notification

http://img15.hostingpics.net/pics/602061redheart.pngCoup de coeur

http://img4.hostingpics.net/pics/499371treasureicon2.pngExcellent

http://img15.hostingpics.net/pics/728719goldenstar.pngTrès intéressant

http://img15.hostingpics.net/pics/201414CoffeeCupicon.pngPlus que bien

http://img15.hostingpics.net/pics/605288flowerplantroseicon.pngBien

http://img4.hostingpics.net/pics/692212sundarkcloudheavygrainicon.pngBof bof

http://img4.hostingpics.net/pics/546319thshame.pngPas terrible

http://img4.hostingpics.net/pics/437158Skull48x48.pngFranchement non

Recherche

Bannières & autres liens

 

http://img4.hostingpics.net/pics/30391846175433m.jpg

 

 

http://img11.hostingpics.net/pics/522691wildpal10.png

Archives

Index

http://img4.hostingpics.net/pics/208728654716.jpg

Anonyme - Aladin ou la lampe merveilleuse

Asher, Jay - Treize raisons



http://img4.hostingpics.net/pics/323885bboy.jpg
Ballard, Robert D. - Les Grands paquebots disparus
Beauchemin, Yves - Le Matou

Berling, Peter - Les enfants du Graal

Binet, Laurent - HHhH

Brontë, Charlotte, Jane Eyre

Brown, Dan - Le Code da Vinci
Brown, Frederic - Martiens, go home

http://img4.hostingpics.net/pics/254441C.jpg

Campion-Vincent, Véronique - Légendes urbaines

Christie, Agatha - La Mystérieuse affaire de Styles

Christie, Agatha - Le crime du golf
Christie, Agatha - Le Meurtre de Roger Ackroyd
Claudel, Philippe - Les âmes grises

Connelly, Michael - Les Égouts de Los Angeles

Connelly, Michael - La Glace noire
Connelly, Michael - La blonde en béton
Connelly, Michael - Le dernier coyote

Connelly, Michael - Le cadavre dans la Rolls
Cussler, Clive - Chasseurs d'épaves

http://img4.hostingpics.net/pics/576356PPDBC0089.jpg

De Chantérac, Aymone, Virginie Selvetti et Stéphane Munka - Une année de crime en France

de Rosnay, Tatiana - La mémoire des murs

Delafosse, Jérôme - Le cercle de sang
Diaz Canales, Juan - Blacksad, tome 1 : Quelque part entre les ombres

Doyle, Arthur Conan - Le Chien des Baskerville

Du Maurier, Daphné - Rebecca

http://img4.hostingpics.net/pics/993866egirl.jpg

Equers, Jérôme - Les murs de l'enfer
Evanovich, Janet - La Prime
Evanovich, Janet - Deux fois n'est pas coutume
Evanovich, Janet - À la une, à la deux, à la mort
Evanovich, Janet - Quatre ou double

http://img4.hostingpics.net/pics/946711letterf.gif

http://img4.hostingpics.net/pics/323893letterG.gif

Grimm, Jacob & Wilhelm - Blanche Neige

http://img4.hostingpics.net/pics/835219rainbowletterhphotosculpturep1530567262351141963s98400.jpg
Hanff, Helene - 84, Charing Cross Road

Herbert, James - Fog

http://img4.hostingpics.net/pics/366233MH900434499.jpg

Indridasson, Arnaldur - La cité des jarres

http://img4.hostingpics.net/pics/139700images.jpg

Jarry, Albert - Ubu roi

http://img4.hostingpics.net/pics/760623idfmages.jpg

Kaminsky, Stuart - Dracula fait maigre

 Keel, John A. - La Prophétie des ombres

http://img4.hostingpics.net/pics/436528LetterLWEB300x330.jpg
Laneyrie-Dagen, Nadeije - Les grandes énigmes

Liberati, Simon - Jayne Mansfield 1967
Ludlum, Robert - Le Weekend Osterman
L'Écuyer, Eugène - La fille du brigand

http://img4.hostingpics.net/pics/383291LetterMweb.jpg
Matheson, Richard - Je suis une légende
Maupassant, Guy de - Le Horla
Molière - Les précieuses ridicules
Montmorency, André - La Revanche du pâté chinois
Montmorency, André - Souffrance que j'ai du fun!

http://img4.hostingpics.net/pics/758976imasdeges.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/135925h157208.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/711147P2.gif

Preston, Douglas & Mario Spezi - Le Monstre de Florence
Pullman, Philip - La mécanique du diable

http://img4.hostingpics.net/pics/187665imagdwerfes.jpg


http://img4.hostingpics.net/pics/877717imafbtrghrthges.jpg
Reynolds, R.D. - Wrestlecrap : The very worst of pro wrestling
Reynolds, R.D. - The Death of WCW
Reynolds, R.D. - Wrestlecrap book of list

Robillard, Anne - Qui est Terra Wilder?

Ronecker, Jean-Paul - Les annales du mystère
Rowling, J.K. - Harry Potter à l'école des sorciers
Rowling, J.K. - Harry Potter et la chambre des secrets
Rowling, J.K. - Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban

http://img4.hostingpics.net/pics/760872WSCL1SINFPURPLE.jpg
Sadoul, Barbara - Un bouquet de fantômes

Sam, Anna - Les tribulations d'une caissière

Sardou, Romain - Personne n'y échappera


http://img4.hostingpics.net/pics/576185T.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/229279floralletteruvector.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/689657imagvfgges.jpg
Verne, Jules - Le tour du monde en 80 jours

http://img4.hostingpics.net/pics/8116462001233LetterWweb.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/664635alphabetxlarge.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/6965405y5i0m5f4d.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/452567rosetteletterzvector.jpg

Bienvenue

Bienvenue dans ma bibliothèque. Ce blog fut créé afin de conserver une trace de mes lectures. Il me fera plaisir d'y échanger avec vous. Bonne visite.
corbeaux 2 109 ko

21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 16:36

http://img4.hostingpics.net/pics/886370montmorencysouffrance.jpg

Montmorency, André – Souffrance que j'ai du fun – 1982.

 

Texte du monologue 'Souffrance que j'ai du fun' écrit par André Montmorency et Pierre Légaré. Le tout est accompagné de notes et de précisions sur le spectacle, les décors, le personnage, etc.

De 1979 à 1982, Radio-Canada diffuse la sitcom Chez Denise, crée par Denise Filiatrault. Denise (le personnage) y tient un restaurant où maintes aventures, et mésaventures, mettent en scène les différents clients et le personnel de l'établissement. Un des clients est un coiffeur, proprio du salon de coiffure adjacent au restaurant. Le dit coiffeur, c'est Christian Lalacette, flamboyant homosexuel concentrant tous les clichés du coiffeur «efféminé». Il est interprété par Andé Montmorency. Le personnage, faisant son entrée dans le restaurant de son habituel «Allô les filles!», et qui avait comme patois le fameux «souffrance!», est devenu tellement populaire qu'il a réussi à avoir sa propre vie en dehors de la série. Je me demande même s'il n'est pas devenu plus populaire que la série elle-même, pourtant un grand succès.

 

Je ne sais pas quelle réussite à eu André Montmorency avec ce spectacle, qui a sans doute fait le tour de la province, mais il devait être vraiment, vraiment hot pour se permettre de faire un show avec des textes aussi niais. C'est certain que sans le jeu de l'acteur le texte perd de sa saveur. C'est aussi certain que ce texte date de 1982, et qu'il a sans aucun doute mal vieilli. Bref, ne cherchez pas à rire en lisant ce livre, vous n'y réussirez pas. Franchement, ne cherchez pas à le lire point. Ça vaudra mieux. À moins d'être un fan fini d'André Montmorency, et de vouloir à tout prix l'acquérir comme pièce pour votre collection, je ne vois aucune raison de dépenser votre temps et votre fric avec ce livre.

 

Si vous voulez avoir une idée du personnage Christian Lalancette, ou simplement voir, ou revoir, Chez Denise, je vous conseille le site Tou.TV qui offre la possibilité de visionner l'intégrale de cette série.

 

Lu en 2011. 



http://img4.hostingpics.net/pics/437158Skull48x48.png



http://img4.hostingpics.net/pics/650677QubecEnLivres2.jpgQuébec en livres 2/10

http://img4.hostingpics.net/pics/374376PALDIET.gifPAL Diet -5

Repost 0
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 14:27

http://img4.hostingpics.net/pics/360595livre572.jpg

L'Écuyer, Eugène - La fille du brigand – 1844.

 

Comme le souligne Michel Lord dans sa présentation, La fille du brigand est une oeuvre phare pour qui veut comprendre les tendances et les tensions de l'imaginaire au milieu du XIXe siècle. Comme les romans de Philippe Aubert de Gaspé fils, de Joseph Doutre et de Pierre Georges Boucher de Boucherville, le roman de L'Écuyer appartient pour une bonne part à l'esthétique dite gothique, c'est à dire que l'auteur donne une place importante au terrifiant et au frénétique dans son intrigue. La fille du brigand trace pour le lecteur d'aujourd'hui un portrait éloquent - et même frémissant ! - de l'inconscient collectif et de l'imaginaire québécois à une époque où les Canadiens vivaient sans doute encore sous l'effet du choc de la Rébellion des Patriotes. Eugène L'Écuyer (1822-1898) partage sa vie entre le notariat et l'écriture. En plus de collaborer à une douzaine de journaux et de revues, il est le rédacteur du Moniteur canadien (1850-1852) et de l'Ère nouvelle (1854).

 

La fille du brigand est le texte le plus connu d’Eugène L’Écuyer. Il fut d’abord publié en feuilleton dans le journal Le Ménestrel en 1844.

 

Nous sommes à Québec, au milieu du 19e siècle. Deux jeunes gens, Stéphane et Helmina, à la fin de l’adolescence, tombent amoureux. Les mœurs de l’époque étant se qu’elles sont, et ne disposant que de très peu d’informations l’un sur l’autre, ils s’inquiètent, chacun de leur côté, à savoir si leur père respectif consentiront à une éventuelle union. Ceci étant clair, précisons également que leur coup de foudre, et leur désespoir amoureux, sont engendrés par une rencontre de tout au plus une heure, et qu’ils se sont parlés approximativement un gros 20 minutes dans toute leur vie. Je sais que le 19e siècle est enclin au romantisme, et que les adolescents sont, qu’en à eux, enclin à l’exaltation. Mais y’a toujours ben des limites! Jugez par vous-même la réaction de Stéphane lorsqu’il apprend qu’Helmina (n’ayons pas peur de « spoiler ») est la fameuse fille du brigand, et qu’il va avoir du mal à faire avaler à son père le fait qu’il veuille épouser une telle fille (et on garde à l’esprit vu 1 heure/parlé 20min…):

«...Stéphane est dans sa chambre étendu sur une bergère, le visage d'une pâleur livide, les yeux égarés, les cheveux en désordre et les poings fermés. Tout à coup il se lève, se promène à grands pas, frappe tout se qu'il rencontre, et vient retomber sur son fauteuil; puis il se relève encore, se roule sur le plancher, déchire ses habits et regagne encore une fois son siège. Tantôt il grince des dents, s'arrache les cheveux, se meurtrit les bras; tantôt il pleure, il gémit, il tremble convulsivement...»

 

Se roule sur le plancher? Ai-je besoin de vous préciser que c’est over mélodramatique et hystériquement sentimental?

 

L’histoire est convenue et d'une moralité sans reproche. Il est vrai qu'on s'étonne plusieurs fois au cours de la lecture, mais je ne suis pas certaine qu'on soit surpris où l'auteur s'attendait à se qu'on le soit. Je pensais avoir de la difficulté à m’adapter au style d’écriture de l’époque, mais pas du tout, c’est assez fluide. Les personnages sont intéressants.

 

Bon, vu avec les yeux de 2011, tout ça fait plus sourire que pleurer, et on a plus le goût de secouer ce pauvre Stéphane que de compatir à ses malheurs. Évidemment le livre offre une description des mœurs des résidents de Québec au milieu du 19e siècle. L’intérêt du livre est vraiment plus de savoir que dans ce temps-là Cap-Rouge était une forêt qui suscitait crainte et effroi, car elle était remplie de repères de brigands. Ça fait d’autant plus sourire sachant qu’aujourd’hui Cap-Rouge est un quartier résidentiel de Québec, tranquille et assez aisé. Il est aussi intéressant de noter que le narrateur parle au lecteur. Lorsque, par exemple, l’histoire ramène un personnage que nous n’avons pas vu depuis quelques chapitres, le narrateur y va d’un « ...nos lecteurs se souviendront que nous avons vu plus tôt Monsieur Chose… ou ...nous dispenserons nos lecteurs d'une description de cette scène qu'ils imaginent certainement... ». C’est peut-être un effet de la transition entre la tradition orale du conteur, et la nouvelle forme, pour le Québec de l’époque, d'une diffusion écrite des histoires.

 

Lu en 2011.

 



http://img4.hostingpics.net/pics/692212sundarkcloudheavygrainicon.png

 


http://img4.hostingpics.net/pics/650677QubecEnLivres2.jpgQuébec en livres 1/10


http://img4.hostingpics.net/pics/374376PALDIET.gifPAL Diet -1

Repost 0
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 16:42

QuiEstTerraWilder

Robillard, Anne - Qui est Terra Wilder?
Éditions de Mortagne
ISBN : 978-2-890-74-716-6

Souhaitant oublier l'accident de voiture où il a perdu sa femme et où il a lui-même failli laisser sa vie, Terra s'installe dans une petite ville de la Colombie-Britannique afin d'y enseigner la philosophie. Coïncidence ? Fatalité ? Dès son arrivée, d'étranges phénomènes et d'extraordinaires changements s'opèrent en lui. Pourquoi ses étudiants le vénèrent-ils soudain ? Pourquoi les arbres tentent-ils de l'agripper sur son passage ? Pourquoi le fantôme de sa défunte épouse se manifeste-t-il régulièrement ? Pourquoi ses mains semblent-elles posséder des pouvoirs particuliers ? Au moment où Terra parvient enfin à s'adapter à sa nouvelle vie, son passé ressurgit comme un cauchemar, l'obligeant à replonger dans le projet secret sur lequel il travaillait aux Etats-Unis avant l'accident. Saura-t-il faire face aux Chevaliers Noirs et à leurs sombres desseins ? Venez découvrir Qui est Terra Wilder avec l'auteure des Chevaliers d'Emeraude, LA série de romans fantasy qui captive des centaines de milliers de lecteurs depuis la parution du premier tome, en 2002.

Je n'ai pas lu la saga très populaire d'Anne Robillard, Les chevaliers d'émeraude. Mais je sais que c'est un incroyable succès. Alors quand j'ai vu ce nouveau roman, j'ai sauté dessus me disant que je ne pouvais pas passer à côté de cette lecture. Après tout, les bon auteurs de fantastique ou de fantasy ne sont pas légion, surtout au Québec. J'ai lu différentes critiques sur le net, et si certains ont adorés, d'autres ont été déçus. Je me situe dans la deuxième catégorie. J'ai trouvé ce roman, n'ayons pas peur des mots, pénible. C'est lent, les personnages sont ennuyants, les ressorts de l'intrigue sont tirés par les cheveux et illogiques, même pour une histoire fantastique. Pour être bien honnête, je n'ai même pas réussi à le terminer, je me suis arrêté à plus ou moins la moitié. Il me semble qu'à toutes les dix pages, je me disais "ben franchement!". Les problèmes que rencontrent Terra Wilder ne sont pas simples. Toutefois, il me semble qu'il n'a qu'à penser à une solution pour que le lendemain, paf!, la solution arrive comme par magie! Bref, je n'ai pas accroché du tout. Par contre, il semble que bien des lecteurs aient apprécié, puisque l'auteure s'est donné la peine de faire une suite : Capitaine Wilder.


Lu en 2006.

Skull-48x48.png

Repost 0
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 16:48

Revanche-du-pate-chinois
Montmorency, André. - La Revanche du pâté chinois.
Leméac
ISBN 2-7609-5135-9

Entre deux tirs de boules, Marie Cardinal me prend à l'écart et me confie à l'oreille, avec un accent qui aurait fait pâlir tous les Parisiens de la planète : "Je ne sais pas pour le théâtre mais...ce soir, est-ce que ça te tente vraiment de voir cette pièce, mise en scène par ce couillon? Je te préviens tout de suite, j'ai l'impression que ça va être de la merde!"
   Après un temps où elle hoche la tête de manière significative, elle reprend la parole en arborant son sourire lourd de sous-entendus :
-Il est quand même six heures (et jamais son "assent" provençal n'a été aussi parfait), le spectacle est à vingt heures trente, j'avais pensé faire des petites brochettes grillées, on les assaisonnerait de romarin frais. Tu n'avais pas acheté une bouteille de Châteauneuf du Pape, toi, cet après-midi?
-J'en ai même acheté deux.
-Écoute, il faut qu'on se les boive!

En Avignon, à Florence, à Montréal, à Lyon ou dans sa maison de campagne dans les Cantons de l'Est, André Montmorency demeure le même : gourmand, fin cuisinier, qui va et vient, chantant, entouré d'amis, une cuillère de bois à la main, entre le pâté chinois des jours de fête et le couscous royal de tous les jours. Ce livre est beaucoup plus qu'un livre de recettes, même si elles y sont toutes, et si clairement expliquées qu'elles vous appartiennent déjà. Souvenirs d'enfance, récits de voyage, anecdotes sur le milieu du théâtre, recettes, conseils pratiques se succèdent et dessinent un art de vivre heureux - autour de la table.

J'ai beaucoup aimé ce livre. Publié en 1997, je l'ai lu dès sa sortie, et il reste aujourd'hui encore, 12 ans plus tard, un de mes livres chouchous, une vraie belle découverte! Les recettes sont diversifiées, tant dans leur complexité que dans leur genre. Mais qu'elles soient faciles ou difficiles, elles sont toujours expliqués simplement. Cependant, plus que les recettes, se sont toutes les anecdotes et les souvenirs que l'auteur nous raconte qui font la valeur de ce livre. C'est raconté avec humour et bonhomie, sans détour comme si on était entre amis. On y voyage, on y rencontre des personnages haut en couleurs (ma tante Yvette, Fernand Point, Denise Filiatrault), et on y déguste les recettes comme la vie. Et c'est chouettement illustré en plus!


Lu dans les années 90.

http://img4.hostingpics.net/pics/467606halloweensticker7.jpg

Repost 0
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 00:52

matou

Beauchemin, Yves. - Le Matou
Québec Amérique
ISBN 978-2764401323

Florent Boissonneault, jeune montréalais, rêve de posséder son propre restaurant et Elise, de fonder une grande famille. Un jour, Florent rencontre un étrange vieux monsieur, Egon Ratablasvasky, qui lui propose de l'aider à racheter 'La Binerie', un petit restaurant en vente à un prix dérisoire. Enfin propriétaires, Florent et Elise prennent en affection 'monsieur Emile', un jeune garçon de six ans
délaissé par sa mère et qui a trouvé refuge, avec un chat, dans leur restaurant. Mais la générosité de Ratablasvasky laisse place à une méchanceté sordide que la malignité du matou de 'monsieur Emile' pourra déjouer...

Près de trente ans après sa publication, Le matou d'Yves Beauchemin, est vraiment devenu un classique de la littérature québécoise, traduit en plusieurs langues et vendu à près de 1 500 000 exemplaires à travers le monde.

Je me souviens d'avoir lu ce roman de plus de 600 pages en seulement deux jours. Je l'ai dévoré. On s'attache très vite aux personnages : le naïf Florent, mais qui fini par avoir plus d'un tour dans son sac, la belle et pétillante Élise, pleine d'amour et d'intelligence, le fameux Monsieur Émile et son non moins fameux matou, et même le cuisinier français perdu dans une binerie de Montréal. On suit leurs aventures avec bonheur. On rit beaucoup...on pleure aussi...Et on a même un frisson de peur avec le méchant Ratablavasky...Bref, j'ai a-do-rée ce livre et je vous le conseil vivement. Un des grands livres de ma vie de lectrice.

Lu dans les années 80.

http://img4.hostingpics.net/pics/499371treasureicon2.png

Repost 0