Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lectures hivernales
  • Lectures hivernales
  • : Avis et opinions bien personnels sur mes lectures et les choses qui tournent autour des livres.
  • Contact

Notification

http://img15.hostingpics.net/pics/602061redheart.pngCoup de coeur

http://img4.hostingpics.net/pics/499371treasureicon2.pngExcellent

http://img15.hostingpics.net/pics/728719goldenstar.pngTrès intéressant

http://img15.hostingpics.net/pics/201414CoffeeCupicon.pngPlus que bien

http://img15.hostingpics.net/pics/605288flowerplantroseicon.pngBien

http://img4.hostingpics.net/pics/692212sundarkcloudheavygrainicon.pngBof bof

http://img4.hostingpics.net/pics/546319thshame.pngPas terrible

http://img4.hostingpics.net/pics/437158Skull48x48.pngFranchement non

Recherche

Bannières & autres liens

 

http://img4.hostingpics.net/pics/30391846175433m.jpg

 

 

http://img11.hostingpics.net/pics/522691wildpal10.png

Archives

Index

http://img4.hostingpics.net/pics/208728654716.jpg

Anonyme - Aladin ou la lampe merveilleuse

Asher, Jay - Treize raisons



http://img4.hostingpics.net/pics/323885bboy.jpg
Ballard, Robert D. - Les Grands paquebots disparus
Beauchemin, Yves - Le Matou

Berling, Peter - Les enfants du Graal

Binet, Laurent - HHhH

Brontë, Charlotte, Jane Eyre

Brown, Dan - Le Code da Vinci
Brown, Frederic - Martiens, go home

http://img4.hostingpics.net/pics/254441C.jpg

Campion-Vincent, Véronique - Légendes urbaines

Christie, Agatha - La Mystérieuse affaire de Styles

Christie, Agatha - Le crime du golf
Christie, Agatha - Le Meurtre de Roger Ackroyd
Claudel, Philippe - Les âmes grises

Connelly, Michael - Les Égouts de Los Angeles

Connelly, Michael - La Glace noire
Connelly, Michael - La blonde en béton
Connelly, Michael - Le dernier coyote

Connelly, Michael - Le cadavre dans la Rolls
Cussler, Clive - Chasseurs d'épaves

http://img4.hostingpics.net/pics/576356PPDBC0089.jpg

De Chantérac, Aymone, Virginie Selvetti et Stéphane Munka - Une année de crime en France

de Rosnay, Tatiana - La mémoire des murs

Delafosse, Jérôme - Le cercle de sang
Diaz Canales, Juan - Blacksad, tome 1 : Quelque part entre les ombres

Doyle, Arthur Conan - Le Chien des Baskerville

Du Maurier, Daphné - Rebecca

http://img4.hostingpics.net/pics/993866egirl.jpg

Equers, Jérôme - Les murs de l'enfer
Evanovich, Janet - La Prime
Evanovich, Janet - Deux fois n'est pas coutume
Evanovich, Janet - À la une, à la deux, à la mort
Evanovich, Janet - Quatre ou double

http://img4.hostingpics.net/pics/946711letterf.gif

http://img4.hostingpics.net/pics/323893letterG.gif

Grimm, Jacob & Wilhelm - Blanche Neige

http://img4.hostingpics.net/pics/835219rainbowletterhphotosculpturep1530567262351141963s98400.jpg
Hanff, Helene - 84, Charing Cross Road

Herbert, James - Fog

http://img4.hostingpics.net/pics/366233MH900434499.jpg

Indridasson, Arnaldur - La cité des jarres

http://img4.hostingpics.net/pics/139700images.jpg

Jarry, Albert - Ubu roi

http://img4.hostingpics.net/pics/760623idfmages.jpg

Kaminsky, Stuart - Dracula fait maigre

 Keel, John A. - La Prophétie des ombres

http://img4.hostingpics.net/pics/436528LetterLWEB300x330.jpg
Laneyrie-Dagen, Nadeije - Les grandes énigmes

Liberati, Simon - Jayne Mansfield 1967
Ludlum, Robert - Le Weekend Osterman
L'Écuyer, Eugène - La fille du brigand

http://img4.hostingpics.net/pics/383291LetterMweb.jpg
Matheson, Richard - Je suis une légende
Maupassant, Guy de - Le Horla
Molière - Les précieuses ridicules
Montmorency, André - La Revanche du pâté chinois
Montmorency, André - Souffrance que j'ai du fun!

http://img4.hostingpics.net/pics/758976imasdeges.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/135925h157208.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/711147P2.gif

Preston, Douglas & Mario Spezi - Le Monstre de Florence
Pullman, Philip - La mécanique du diable

http://img4.hostingpics.net/pics/187665imagdwerfes.jpg


http://img4.hostingpics.net/pics/877717imafbtrghrthges.jpg
Reynolds, R.D. - Wrestlecrap : The very worst of pro wrestling
Reynolds, R.D. - The Death of WCW
Reynolds, R.D. - Wrestlecrap book of list

Robillard, Anne - Qui est Terra Wilder?

Ronecker, Jean-Paul - Les annales du mystère
Rowling, J.K. - Harry Potter à l'école des sorciers
Rowling, J.K. - Harry Potter et la chambre des secrets
Rowling, J.K. - Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban

http://img4.hostingpics.net/pics/760872WSCL1SINFPURPLE.jpg
Sadoul, Barbara - Un bouquet de fantômes

Sam, Anna - Les tribulations d'une caissière

Sardou, Romain - Personne n'y échappera


http://img4.hostingpics.net/pics/576185T.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/229279floralletteruvector.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/689657imagvfgges.jpg
Verne, Jules - Le tour du monde en 80 jours

http://img4.hostingpics.net/pics/8116462001233LetterWweb.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/664635alphabetxlarge.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/6965405y5i0m5f4d.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/452567rosetteletterzvector.jpg

Bienvenue

Bienvenue dans ma bibliothèque. Ce blog fut créé afin de conserver une trace de mes lectures. Il me fera plaisir d'y échanger avec vous. Bonne visite.
corbeaux 2 109 ko

4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 15:37

http://img15.hostingpics.net/pics/984980JaneEyre.jpg

Brontë, Charlotte – Jane Eyre – 1847.

 

Orpheline, Jane Eyre est recueillie à contrecœur par une tante qui la traite durement et dont les enfants rudoient leur cousine. Placée dans un orphelinat, elle y reste jusqu’à l’âge de dix-huit ans. Elle devient alors institutrice dans une famille et tombe passionnément amoureuse du tuteur de son élève. Un amour partagé, mais les deux amoureux devront franchir bien des obstacles.

 

Comme je voulais lire «L'affaire Jane Eyre» de Jasper Fforde, je me suis dit, il faudrait bien lire le fameux roman de Charlotte Brontë d'abord. Oui je suis une femme de principe! Que voulez-vous on ne se refait pas. Je ne sais pas dans quel mesure le roman «Jane Eyre» fait parti de l'histoire de Jasper Fforde, mais je ne regrette pas ma décision de lire ce livre, car j'ai beaucoup apprécié ma lecture.

 

Jane Eyre est recueillie par son oncle maternel à la mort de ses parents. Quand celui-ci meurt à son tour, elle se retrouve méprisée et tyrannisée par sa tante et ses cousins. À dix ans, elle prend finalement le chemin de l'orphelinat Lowood où, dans des conditions de vie souvent misérables, elle étudie, se fait des amis et apprend son futur métier d'institutrice. Après 8 ans passés à Lowood, comme élève et comme professeure, elle fait paraître une annonce dans un journal et se trouve une place d'institutrice à Thornfield Hall, auprès d'Adèle, jeune française pupille du maître de Thornfield, Edward Rochester. Au fil du temps, Jane et M. Rochester se rapprochent, s'apprécient de plus en plus et finissent par tomber amoureux. Mais devant l'impossibilité d'un mariage avec celui qu'elle aime, Jane quittera Thornfield pour une année riche en expériences, apprentissages et surprises.

 

Je voudrais avec lu Jane Eyre beaucoup plus tôt dans ma vie. L'adolescente que j'étais se serait retrouvée dans cette histoire romanesque et surtout dans le personnage de Jane Eyre lui-même. En effet, je partage avec elle le même goût pour la contemplation de la nature, la riche vie intérieure, la solitude imposée puis quelque fois recherchée et la même peur de déplaire à ceux qui ont de l'importance à mes yeux. Bien des fois j'aurais voulu avoir sa force et sa dignité face à l'adversité.

 

Malgré sa date de publication assez ancienne, 1847, le livre n'est pas difficile d'accès. L'écriture est fluide et légère comme son héroïne, et l'emploi d'expressions, de mots ou de tournures de phrases du milieu du 19e siècle n’alourdit pas la narration, mais l'enrichi plutôt. Le déroulement de l'histoire maintient toujours notre intérêt. Les personnages sont magnifiquement rendus dans leur caractères et leur psychologie et sont souvent attachants. Les bons sont bons et les méchants sont méchants, mais sans jamais tombés dans la caricature. Jane est entière, sympathique et courageuse. Elle affronte tous ces malheurs, et ces bonheurs, avec calme, dignité et intelligence. Helen Burns, orpheline de Lowood, est touchante par sa résignation, sa dignité et sa foi. Saint-John Rivers, pasteur, est quand à lui PÉ-NI-BLE d'orgueil et de fanatisme.

 

Charlotte Brontë est la première des sœurs Brontë a avoir été publiée. Le succès de son roman fut tel qu'il précipita la publication des ouvrages de ses sœurs. Jane Eyre s'inspire pour beaucoup de faits, de lieux et de personnes réels. Wikipédia a un article assez intéressant à ce sujet.

 

Bref, une très bonne lecture qui nous plonge au cœur d'une magnifique histoire d'amour et au milieu du 19e siècles anglais avec ses codes et ses conventions. Mon seul regret est de ne pas l'avoir lu plus tôt!

 

http://img15.hostingpics.net/pics/705020treasureicon2.png


 

http://img15.hostingpics.net/pics/780084P30b.jpg

Jane Eyre disant son fait à Mrs Reed. Seconde édition, 1847.


 

Repost 0
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 07:39

http://img11.hostingpics.net/pics/5462399782277301196FS.gif

Doyle, Arthur Conan – Le Chien des Baskerville (The Hound of the Baskerville) – 1902.


Une malédiction pèse sur les Baskerville, qui habitent le vieux manoir de leurs ancêtres, perdu au milieu d'une lande sauvage : quand un chien-démon, une bête immonde, gigantesque, surgit, c'est la mort. Le décès subit et tragique de Sir Charles Baskerville et les hurlements lugubres que l'on entend parfois venant du marais, le grand bourbier de Grimpen, accréditent la sinistre légende. Dès son arrivée à Londres, venant du Canada, Sir Henry Baskerville, seul héritier de Sir Charles, reçoit une lettre anonyme : " Si vous tenez à votre vie et à votre raison, éloignez-vous de la lande. " Malgré ces menaces, Sir Henry décide de se rendre à Baskerville Hall, accompagné de Sherlock Holmes et de son fidèle Watson.


Une légende court depuis des lustres. Tous les Baskerville habitant le château familial, dans le comté du Devon, trouveront la mort sur la lande poursuivis par un chien sorti tout droit des enfers. Quand sir Charles Baskerville trouve la mort dans l’allée d’ifs derrière le château, tous les indices portent à croire qu’il est mort de peur. Son ami, le docteur Mortimer accompagné du dernier des Baskerville, sir Henri, va trouver la seule personne ayant les capacités de mettre toute cette histoire au clair, Sherlock Holmes.

Il existe déjà plusieurs nouvelles et deux romans mettant en vedette le fameux détective quand est publié Le Chien des Baskerville, d’abord dans le Strand Magazine, en 1901 et 1902. C’est de loin la plus célèbre aventure de Holmes.


Je n’ai pas lu d’autres romans ou nouvelles de Sherlock Holmes. Le Chien des Baskerville est donc mon baptême « holmesien », et franchement, je ne suis pas vraiment emballée. Je me dis que ce qui a d’abord attiré les gens vers cette histoire, c’est l’ambiance gothique, la lande avec son bourbier et son brouillard, déserte et angoissante, et le petit côté fantastique du « chien de l’enfer ». Tout cet aspect sinistre et menaçant est très bien rendu. Quand on sait que le chien court, qu’on entend ses hurlements lugubres, on angoisse et on attend avec impatience la suite des événements. Les personnages sont attachants et crédibles. On croit totalement aux personnages. Holmes, froid, logique, arrogant, imbu de sa supériorité intellectuelle et uniquement préoccupé par sa volonté de résoudre l’énigme de moment, tout le reste étant totalement périphérique. Watson, loin d’être aussi crétin que Holmes voudrait nous le faire croire, plus sympathique et empathique, un homme d’action mais qui sait se plier au souci du détail de Holmes.


Qu’est qui cloche alors ? L’enquête et Sherlock Holmes. En effet, nous nous retrouvons avec Watson presque tout le long de l’histoire. C’est lui qui est sur les lieux et qui nous raconte les événements par le biais de rapports sur ses doutes, ses investigations, les suspects, etc. qu’il poste à Sherlock Holmes retenu à Londres. Watson est très sympathique, mais j’aurais aimé que Holmes soit plus présent. Pour l’enquête, disons que les raisons de soupçonner le coupable au début sont bien minces. Holmes parvient à découvrir des indices par des façons logiques qui nous sont expliquées, mais d’autres indices sont obtenus on ne sait trop comment. Certains de ces indices sont questionnables. Le mobile du coupable est inconnu presque jusqu’à la toute fin. Bref, ambiance et personnages très bien rendus, mais l’enquête un peu tirée par les cheveux à mon humble avis. Plus l’absence relative de Holmes, tout ça fait que je ne suis pas super enthousiaste. En ça, j’ai bien conscience de jeter un pavé dans la mare, puisque toutes les critiques que j’ai lues sont positives, voire même archi positives. Finalement, j’ai l’impression que Holmes, Watson et la lande sont plus forts que l’histoire elle-même. Je devrai sans doute lire au moins un autre roman mettant en vedette Holmes pour me faire une idée définitive. Mais pour l’instant, je ne lâcherais jamais Hercule Poirot pour Sherlock Holmes.


Lu en 2012.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/611424hound.jpghttp://img4.hostingpics.net/pics/692212sundarkcloudheavygrainicon.png

Repost 0
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 15:52

http://img4.hostingpics.net/pics/7395479782702422588.jpg

Christie, Agatha - Murder on the links – 1923.

 

Une fois n'est pas de couture, cette enquête d'Hercule Poirot nous mène en France d'où M. Renauld- un monsieur qui semble avoir des moyens- a lancé un S.O.S. impérieux au détective. Une limousine attendra Poirot et son ami Hastings à Calais... Mais à Calais, point de limousine : c'est que M. Renauld a été assassiné dans la nuit. On l'a trouvé lardé de coups de couteau dans le dos, au fond d'une tombe ouverte, creusée dans un terrain de golf...

L'enquête ne sera pas facile : M. Renauld était bien discret sur son passé en Amérique du Sud; et bien mystérieuses sont les deux femmes qui, aux dires des domestiques, le rencontraient souvent le soir... Mais Poirot est là, furetant partout, à récolter le moindre indice...

 

Deuxième roman mettant en vedette l’incomparable Hercule Poirot. Notre détective dans cette histoire se précise un peu, commence à ressembler au Poirot que l’on connaît. Orgueilleux, imbu de lui-même, maniéré et obsessif de l’ordre et de la logique, n’ayant confiance qu’en ses petites cellules grises. Il faut toutefois dire que l’image que je me fais d’Hercule Poirot, après la lecture d’autres romans et le visionnement de plusieurs téléfilms, n’inclus pas vraiment de voir notre détective précieux et souffrant dans ses chaussures chics, escaladant quoique ce soit «…comme un chat…». Difficile en effet de voir Poirot en modèle d’agilité. Bon…il devait être plus jeune et plus en forme… Quant au Capitaine Hastings, ma foi c’est un doux crétin! Voilà c’est dit!

 

L’histoire elle-même est très divertissante. On y soupçonne littéralement tout le monde. L’auteure sait garder notre attention tout au long du livre grâce aux nombreux rebondissements et revirements de situations présents jusqu’à la toute fin. Il y a plusieurs moments d’humour entre Poirot et l’inspecteur Giraud, archétype du parisien snob et arrogant. J’ai trouvé toutes les histoires de couples extrêmement fleur bleue et pas vraiment crédibles, mais ça n’enlève rien à l’intrigue elle-même et au plaisir qu’on a à se faire mener par le bout du nez pour se rendre compte à la fin qu’il n’y avait vraiment qu’Hercule Poirot pour résoudre un crime aussi embrouillé. Bref bonne lecture légère et distrayante.

 

En prime, un des personnages fait référence aux Canadiens français avec une situation géographique définitivement approximative…que demander de plus à la Reine du crime!

 

Lu en 2011.

 

http://img15.hostingpics.net/pics/201414CoffeeCupicon.png


Repost 0
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 14:32

Fog

http://img4.hostingpics.net/pics/2316449782811200732.jpg 

Herbert, James – The Fog – 1975.

 

Cela commença par un tremblement de terre. Dans la confusion, au milieu des cris des victimes, personne ne prêta vraiment attention à ce brouillard jaunâtre qui s'échappait de la terre éventrée et que le vent eut tôt fait d'emporter vers la campagne anglaise. Puis des massacres inexplicables, déments, furent signalés sur le passage de la nappe de brouillard. Elle se mit à croître, progressant inexorablement vers les zones les plus peuplées d'Angleterre...

 

En Angleterre un séisme éventre le sol et libère un brouillard que le vent ne peut dissiper. Il commence donc à errer à travers tout le pays, laissant tous ceux qui entre en contact avec lui, à plus ou moins longue échéance, dans un état de folie totale les poussant au meurtre et souvent au suicide. John Holman, patient zéro, échappe de peu à ce funeste destin et commence alors une course effrayante et haletante pour essayer de comprendre et de détruire ce brouillard meurtrier. Ne vous fiez pas au film du même nom de John Carpenter, sorti en 1980. Même s'il est inspiré du livre, le film ne partage avec celui-ci que l'idée du brouillard. Le livre est 100 fois meilleur. C'est de l'horreur, de la science-fiction, de l'action, de la catastrophe, du suspense avec un soupçon de critique environnementale. L'action démarre dès la première page et ne se termine qu'à la dernière. Les différents effets du brouillard sur les gens sont bien décrits, les personnages biens placés dans leurs contextes. Le discours écologiste est très surprenant pour un livre de 1975! Bref, c'est dément, sanglant, angoissant, violent et un fort agréable moment de lecture.


 

http://img4.hostingpics.net/pics/730455FogRamseyCampbell.jpg

Illustration de la couverture anglaise originale.

 

Lu en 2011.

 

http://img15.hostingpics.net/pics/201414CoffeeCupicon.png

 

Repost 0
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 14:42

http://img4.hostingpics.net/pics/418997lamysterieuseaffairedestyles.jpg

 

 

 

Christie, Agatha - La Mystérieuse affaire de Styles (The mysterious affair of Styles) – 1920.

 

Tous ceux qui l’entouraient pouvaient tirer profit de la mort de Mrs Ingelthorp, riche maîtresse de la propriété de Styles : son second mari, Alfred Ingelthorp ; ses beaux-enfants, maintenus dans sa dépendance financière ; Cynthia, sa jeune protégée... Et tous auraient pu se procurer la strychnine qui l’a tuée.
Mais pourquoi Hercule Poirot protège-t-il si obstinément Alfred Ingelthorp, alors que celui-ci se défend à peine contre les soupçons grandissants qui pèsent sur lui ? Patience ! Nous ne comprendrons qu’aux dernières pages le subtil jeu de stratégie qui s’est noué entre ces deux hommes, aussi redoutablement intelligents l’un que l’autre.
Dès ce premier roman, publié en 1920 Agatha Christie démontre son extraordinaire habileté à nous tenir en haleine jusqu’au bout, alors même que les circonstances, les personnages, les indices nous sont parfaitement connus. Et surtout, elle campe le duo qui devait faire sa gloire : celui du petit détective belge et son fidèle Hastings.

 

Tâchons de ne pas spoiler…

 

C’est le premier roman d’Agatha Christie. Donc la première fois qu’elle nous présente ces personnages, la première enquête de Hercule Poirot! C’est pas rien.

Nous sommes en pleine première guerre mondiale, et le capitaine Hastings, rapatrié suite à une blessure, est invité à venir séjourner à Styles, demeure d’une riche famille anglaise. Comme cela deviendra la norme dans ses romans, la romancière peuple son histoire d’une foule de personnages qui feront autant de suspects auprès du lecteur et des petites cellules grises de notre grand détective. Après une brève reconnaissance des lieux et présentation de ses habitués, la maîtresse du domaine, Emily Inglethorp, meurt dans des circonstances suspectes et dans une chambre dont les portes sont verrouillées de l’intérieur. Comment est-elle morte? Qui a fait le coup? Est-ce les enfants de son défunt mari? Son nouveau mari? Un des amis ou voisins? Un des domestiques?

 

Au fur et à mesure de l’histoire, des preuves accumulées et surtout des questions judicieuses de notre ami Poirot, on soupçonne un et l’autre, car plusieurs ont des squelettes dans leurs placards et des raisons crédibles pour liquider l’autoritaire et riche Emily Inglethorp.

 

On reconnaît évidemment la recette des nombreux livres qui suivront, mais on se rend vite compte que Poirot a encore à évoluer pour être le Poirot que nous connaissons. Il n’est pas encore tout à fait lui-même dans cette histoire.

 

Un bon moment de lecture. C’est une bonne histoire avec beaucoup de rebondissements. On soupçonne l’un puis l’autre et de nouveau le premier, mais cette chère Agatha finit quand même par nous surprendre au final. On en apprend pas mal sur les poisons et on découvre comment Hercule Poirot, grand détective belge, a finit par atterrir en Angleterre.

 

Lu en 2011.

 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/201414CoffeeCupicon.png

 

Repost 0
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 17:12

Rebecca

 

Du Maurier, Daphné - Rebecca
Rebecca
LGF - Le Livre de Poche
ISBN : 978-2253006732

 

Sur Manderley, superbe demeure de l'ouest de l'Angleterre, aux atours victoriens, planent l'angoisse, le doute : la nouvelle épouse de Maximilien de Winter, frêle et innocente jeune femme, réussira-t-elle à se substituer à l'ancienne madame de Winter, morte noyée quelque temps auparavant ? Daphné du Maurier plonge chaque page de son roman - popularisé par le film d'Hitchcock, tourné en 1940, avec Laurence Olivier et Joan Fontaine - dans une ambiance insoutenable, filigranée par un suspense admirablement distillé, touche après touche, comme pour mieux conserver à chaque nouvelle scène son rythme haletant, pour ne pas dire sa cadence infernale. Un récit d'une étrange rivalité entre une vivante - la nouvelle madame de Winter - et le fantôme d'une défunte, qui hante Maximilien, exerçant sur lui une psychose, dont un analyste aurait bien du mal à dessiner les contours avec certitude. Du grand art que l'écriture de Daphné du Maurier, qui signe là un véritable chef-d'oeuvre de la littérature du XXe siècle, mi-roman policier, mi-drame psychologique familial bourgeois.

 

Bon je vais me faire lancer des tomates, je sais que c'est un classique...mais j'ai été déçue. Ah j'entend déjà les cris scandalisés. J'avais de grandes attentes. On m'avait vanté ce livre comme un grand suspense. Franchement il n'y a pas grand mystère là-dedans. On comprends la situation assez rapidement. Une jeune fille naïve, un mariage rapide, un homme avec de grandes zones d'ombre, et une présence qui plane toujours bien longtemps après son départ. Ça reste un très bon drame psychologique. Les émotions des personnages et les décors qui les entourent sont très bien décrits. Et c'est vraiment, mais vraiment bien écrit. Il faut le lire, mais pas avec des attentes de suspense.

 

Lu en 2009.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/467606halloweensticker7.jpg

Repost 0
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 01:24

LaMecaniqueduDiable

Pullman, Philip. - La mécanique du diable
Clockwork
Flammarion
ISBN 978-2081645868

Demain, l'horloge de la ville doit s'enrichir d'un nouvel automate. Mais l'arrivée du célèbre docteur Kalmenius, génie de l'horlogerie, marque le début d'une abominable nuit... Sa présence semble en effet entraîner une série d'incidents de plus en plus inquiétants. La mécanique du temps serait-elle dictée par une logique diabolique?


Beau petit conte fantastique. Les ambiances et les sentiments sont extrêmement bien rendus. Autant la chaleur de l'auberge d'un autre temps, avec ses habitués, que l'ambiance angoissante amenée par le conteur, ou que la peur et le malaise qui s'installe au fur et à mesure que l'histoire avance. Tous les personnages convenus d'un conte sont de la partie : le prince, la princesse, les méchants et les lâches, et une brave petite fille. Un conte sur la vie racontée, et la vie réelle, sur la vie fabriquée que l'on souhaiterait réelle...ou pas.

Lu en 2008.

Repost 0
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 15:32

MeurtreRogerAckroyd

Christie, Agatha. - Le Meurtre de Roger Ackroyd
The Murder of Roger Ackroyd
Éditions du Masque
ISBN 978-2-7024-3317-1

Il y a tout juste un an mourait le mari de Mrs Ferrars. D'une gastrite aiguë. Enfin, c'est ce qu'il semble. Les symptômes de l'empoisonnement par l'arsenic ne sont-ils pas les mêmes? Hier, Mrs Ferrars est morte à son tour. Une trop forte dose de véronal. Suicide? Allons donc ! Elle était encore jeune et très riche... Et puis, aujourd'hui, Mr Ackroyd a été assassiné. Cette fois, le doute n'est pas permis. Mais pourquoi? Bien sûr, Mrs Ferrars et  Mr Ackroyd paraissaient fort bien s'entendre. Surtout depuis la mort du mari. Mais de là à dire... Non, ce n'est pas possible... L'incomparable Hercule Poirot entre alors en scène...

Nous voici donc en présence d'un classique de la littérature policière. Certains disent même que c'est le meilleur roman d'Agatha Christie. Je ne suis pas d'accord sur ce point. Malgré tout c'est un bon moment de lecture, et je comprends que le dévoilement du coupable fasse sortir ce livre du dénouement habituel des polars. Étant sans doute le premier roman policier à faire une pirouette de ce genre, c'est sûrement là qu'il va chercher sa réputation de "classique". Cette fin avait d'ailleurs suscitée bien des critiques à l'époque de la sortie du livre, les gens trouvant qu'il était impossible pour le lecteur de trouver le coupable. Évidemment aujourd'hui, on en a vu bien d'autre et on se méfie de tout le monde...
Le style est vieillot, et j'ai eu un peu de difficultés à rentrée dans l'histoire. Tous les personnages essaient d'être au-dessus de tout soupçon avec plus ou moins d'efficacité. Ce qui n'empêche pas tous et chacun d'avoir un petit quelque chose à dire sur son prochain, et à la rumeur de courir. Certains personnages valent le détour, entre autre Caroline Sheppard qui sait tout sur tous...on murmure même qu'elle aurait inspirée Agatha Christie pour le personnage de Miss Marple...

Lu en 2009.

Repost 0
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 01:41

HPPrisonnierAzkaban

Rowling, J.K. - Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban
Harry Potter and the prisonner of Azkaban
Galimard Jeunesse
ISBN 2-07-0528189

Sirius Black, le dangereux criminel qui s'est échappé de la forteresse d'Azkaban, recherche Harry Potter. C'est donc sous bonne garde que l'apprenti sorcier fait sa troisième rentrée. Au programme : des cours de divination, la fabrication d'une potion de ratatinage, le dressage des hippogriffes... Mais Harry est-il vraiment à l'abri du danger qui le menace? Un livre époustouflant qui vous emportera dans un tourbillon de surprises et d'émotions.

Encore une bonne lecture pour le troisième tome de la saga Harry Potter. On en découvre un peu plus sur les parents d'Harry : leur passage à Poudlard, leurs amis, leur mort. Ceux qui trouvaient que dans les deux premiers tomes les personnages étaient un peu trop unidimensionnels, les méchants bien méchants et les gentils bien gentils, seront ravis par l'entrée en scène de Sirius Black et Remus Lupin. Remus Lupin que j'ai beaucoup aimé! On commence à comprendre aussi que Severus Rogue est un personnage beaucoup plus complexe qu'on pouvait le croire au départ. Seul petit bémol, j'ai trouvé ce livre beaucoup plus lent que les deux premiers. Pas vraiment de rebondissements. Juste l'année scolaire avec la menace de Sirius Black qui plane, mais sans plus. L'action commence vraiment au trois quarts du livre. Mais une fois partie...elle ne nous lâche pas avant la fin.

Lu en 2009.

Repost 0
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 14:37

HPChambredesSecrets

Rowling, J.K. - Harry Potter et la chambre des secrets
Harry Potter and the chamber of secrets
Galimard Junior
ISBN 9782070524556

Une rentrée fracassante en voiture volante, une étrange malédiction qui s'abat sur les élèves, cette deuxième année à l'école des sorciers ne s'annonce pas de tout repos ! Entre les cours de potion magique, les matches de Quidditch et les combats de mauvais sorts, Harry Potter trouvera-t-il le temps de percer le mystère de la Chambre des Secrets? Un livre magique pour sorciers confirmés.


Deuxième volet de la saga "Harry Potter". On retrouve tous les personnages que l'on aiment et ceux que l'on aiment détester. Quelques uns s'ajoutent, quelques uns se précisent. Nous découvrons un peu plus l'univers magique imaginé par J.K. Rowling, et de nouveaux lieux comme le chaleureux Terrier des Weasley. Les aventures de notre héros se poursuivent et de nombreux rebondissements, parsemés tout au long de la lecture, permettent de ne jamais perdre l'intérêt du lecteur. C'est simple, mais efficace. Un bon moment de lecture.

Lu en 2009.

FreeVictorianClipArtBirds6.jpg

Repost 0