Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lectures hivernales
  • Lectures hivernales
  • : Avis et opinions bien personnels sur mes lectures et les choses qui tournent autour des livres.
  • Contact

Notification

http://img15.hostingpics.net/pics/602061redheart.pngCoup de coeur

http://img4.hostingpics.net/pics/499371treasureicon2.pngExcellent

http://img15.hostingpics.net/pics/728719goldenstar.pngTrès intéressant

http://img15.hostingpics.net/pics/201414CoffeeCupicon.pngPlus que bien

http://img15.hostingpics.net/pics/605288flowerplantroseicon.pngBien

http://img4.hostingpics.net/pics/692212sundarkcloudheavygrainicon.pngBof bof

http://img4.hostingpics.net/pics/546319thshame.pngPas terrible

http://img4.hostingpics.net/pics/437158Skull48x48.pngFranchement non

Recherche

Bannières & autres liens

 

http://img4.hostingpics.net/pics/30391846175433m.jpg

 

 

http://img11.hostingpics.net/pics/522691wildpal10.png

Archives

Index

http://img4.hostingpics.net/pics/208728654716.jpg

Anonyme - Aladin ou la lampe merveilleuse

Asher, Jay - Treize raisons



http://img4.hostingpics.net/pics/323885bboy.jpg
Ballard, Robert D. - Les Grands paquebots disparus
Beauchemin, Yves - Le Matou

Berling, Peter - Les enfants du Graal

Binet, Laurent - HHhH

Brontë, Charlotte, Jane Eyre

Brown, Dan - Le Code da Vinci
Brown, Frederic - Martiens, go home

http://img4.hostingpics.net/pics/254441C.jpg

Campion-Vincent, Véronique - Légendes urbaines

Christie, Agatha - La Mystérieuse affaire de Styles

Christie, Agatha - Le crime du golf
Christie, Agatha - Le Meurtre de Roger Ackroyd
Claudel, Philippe - Les âmes grises

Connelly, Michael - Les Égouts de Los Angeles

Connelly, Michael - La Glace noire
Connelly, Michael - La blonde en béton
Connelly, Michael - Le dernier coyote

Connelly, Michael - Le cadavre dans la Rolls
Cussler, Clive - Chasseurs d'épaves

http://img4.hostingpics.net/pics/576356PPDBC0089.jpg

De Chantérac, Aymone, Virginie Selvetti et Stéphane Munka - Une année de crime en France

de Rosnay, Tatiana - La mémoire des murs

Delafosse, Jérôme - Le cercle de sang
Diaz Canales, Juan - Blacksad, tome 1 : Quelque part entre les ombres

Doyle, Arthur Conan - Le Chien des Baskerville

Du Maurier, Daphné - Rebecca

http://img4.hostingpics.net/pics/993866egirl.jpg

Equers, Jérôme - Les murs de l'enfer
Evanovich, Janet - La Prime
Evanovich, Janet - Deux fois n'est pas coutume
Evanovich, Janet - À la une, à la deux, à la mort
Evanovich, Janet - Quatre ou double

http://img4.hostingpics.net/pics/946711letterf.gif

http://img4.hostingpics.net/pics/323893letterG.gif

Grimm, Jacob & Wilhelm - Blanche Neige

http://img4.hostingpics.net/pics/835219rainbowletterhphotosculpturep1530567262351141963s98400.jpg
Hanff, Helene - 84, Charing Cross Road

Herbert, James - Fog

http://img4.hostingpics.net/pics/366233MH900434499.jpg

Indridasson, Arnaldur - La cité des jarres

http://img4.hostingpics.net/pics/139700images.jpg

Jarry, Albert - Ubu roi

http://img4.hostingpics.net/pics/760623idfmages.jpg

Kaminsky, Stuart - Dracula fait maigre

 Keel, John A. - La Prophétie des ombres

http://img4.hostingpics.net/pics/436528LetterLWEB300x330.jpg
Laneyrie-Dagen, Nadeije - Les grandes énigmes

Liberati, Simon - Jayne Mansfield 1967
Ludlum, Robert - Le Weekend Osterman
L'Écuyer, Eugène - La fille du brigand

http://img4.hostingpics.net/pics/383291LetterMweb.jpg
Matheson, Richard - Je suis une légende
Maupassant, Guy de - Le Horla
Molière - Les précieuses ridicules
Montmorency, André - La Revanche du pâté chinois
Montmorency, André - Souffrance que j'ai du fun!

http://img4.hostingpics.net/pics/758976imasdeges.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/135925h157208.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/711147P2.gif

Preston, Douglas & Mario Spezi - Le Monstre de Florence
Pullman, Philip - La mécanique du diable

http://img4.hostingpics.net/pics/187665imagdwerfes.jpg


http://img4.hostingpics.net/pics/877717imafbtrghrthges.jpg
Reynolds, R.D. - Wrestlecrap : The very worst of pro wrestling
Reynolds, R.D. - The Death of WCW
Reynolds, R.D. - Wrestlecrap book of list

Robillard, Anne - Qui est Terra Wilder?

Ronecker, Jean-Paul - Les annales du mystère
Rowling, J.K. - Harry Potter à l'école des sorciers
Rowling, J.K. - Harry Potter et la chambre des secrets
Rowling, J.K. - Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban

http://img4.hostingpics.net/pics/760872WSCL1SINFPURPLE.jpg
Sadoul, Barbara - Un bouquet de fantômes

Sam, Anna - Les tribulations d'une caissière

Sardou, Romain - Personne n'y échappera


http://img4.hostingpics.net/pics/576185T.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/229279floralletteruvector.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/689657imagvfgges.jpg
Verne, Jules - Le tour du monde en 80 jours

http://img4.hostingpics.net/pics/8116462001233LetterWweb.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/664635alphabetxlarge.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/6965405y5i0m5f4d.jpg

http://img4.hostingpics.net/pics/452567rosetteletterzvector.jpg

Bienvenue

Bienvenue dans ma bibliothèque. Ce blog fut créé afin de conserver une trace de mes lectures. Il me fera plaisir d'y échanger avec vous. Bonne visite.
corbeaux 2 109 ko

8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 23:18

http://img4.hostingpics.net/pics/402544couv70868520.jpg

Diaz Canales, Juan & Juanjo Guarnido – Blacksad Tome 1 : Quelque part entre les ombres – 2000.

 

"Parfois, quand j'entre dans mon bureau, j'ai l'impression de marcher dans les ruines d'une ancienne civilisation. Non à cause du désordre qui y règne, mais parce que certainement cela ressemble au vestige de l'être civilisé que je fus jadis".

 

Dans une ambiance très New-York des années 1950 et film noir, un détective à tête de félin enquête sur la mort d'une célèbre actrice qui fut, voilà bien des années, son grand amour. Le détective-chat rencontre au fil de l'histoire, une bonne partie du règne animal. Des policiers-chiens, des tueurs-serpents ou rats, un barman-cochon et un chanteur-de-blues-singe. Visuellement tout est magnifique : les dessins, les couleurs, l'action, les détails des décors autant intérieurs qu'extérieurs. Les défauts viennent avec le scénario. L'histoire est convenue, et tellement courte qu'on a l'impression que c'est un résumé d'une histoire plus longue. Évidemment nous n'en sommes qu'au tome 1, et l'histoire très simple n'est sans doute qu'un prétexte pour présenter les personnages et l'univers de John Blacksad. Il faut souligner également que malgré l'histoire courte, les personnages sont tellement bien rendus et vivants qu'on souhaite les connaître d'avantage. Bref, belle découverte, bien que j'espère que les tomes suivants auront plus d'épaisseur.

 

Lu en 2011. 


http://img15.hostingpics.net/pics/605288flowerplantroseicon.png




http://img4.hostingpics.net/pics/37319149b7ac63c153666fbc3c8e8495fc5.jpgBaby-Challenge Polar 1/20

http://img4.hostingpics.net/pics/374376PALDIET.gifPAL Diet -2

Repost 0
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 14:15

Comme il est intéressant de lire des livres des quatres coins du monde, et des blogues de partout, il est aussi intéressant de lire de la littérature et des blogues de son propre coin de pays. Mais encore faut-il les trouver ces blogues québécois! C'est pourquoi Allie a eu l'idée brillante de faire une bannière qui nous permet de nous afficher, et de nous reconnaître. Je la remercie donc ici pour cette excellente initiative. Je m'affiche dorénavant avec grande fierté.

Vous trouverez toutes les motivations et autres explications d'Allie dans ce billet.

Encore merci! 



http://img4.hostingpics.net/pics/30391846175433m.jpg

Repost 0
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 14:36

Good spirit...

Bonne fin de semaine tout le monde! 

 


 
Repost 0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 22:22

http://img4.hostingpics.net/pics/95134384charingcrossroadhelenehanff.jpg

Hanff, Helene - 84, Charing Cross Road (84, Charing Cross Road) – 1970.

 

Par un beau jour d'octobre 1949, Helene Hanff s'adresse depuis New York à la librairie Marks & Co., sise 84, Charing Cross Road à Londres. Passionnée, maniaque, un peu fauchée, extravagante, Miss Hanff réclame à Frank Doel les livres introuvables qui assouviront son insatiable soif de découvertes. Vingt ans plus tard, ils s'écrivent toujours et la familiarité a laissé place à l'intime, presque à l'amour. Drôle et pleine de charme, cette correspondance est un petit joyau qui rappelle avec une délicatesse infinie toute la place que prennent, dans notre vie, les livres et les librairies. Livre inattendu et jamais traduit, 84, Charing Cross Road fait l'objet, depuis les années 1970, d'un véritable culte des deux côtés de l'Atlantique.

 

J'ai beaucoup aimé ce livre, pas au point d'en faire un culte, mais au point de le trouver trop court. En effet, on laisse ce livre à regret, on voudrait que cet échange entre Miss Helene et Frank Doel se poursuive un peu plus. Écrit sous forme épistolaire, ça se lit d'un rien. Cette correspondance, qui n'est au début qu'une relation commerciale entre une cliente et son libraire, se transforme au fil des années, et devient plus spontanée et amicale. Livre sur l'amour des livres, sur l'évolution des relations humaines, sur la générosité et l'amitié. C'est charmant, vieillot, nostalgique et drôle. C'est instructif également, car Miss Helene ne lit pas n'importe quoi et on nous informe, via des notes en bas de page, sur les auteurs et les livres qu'elle demande à son libraire. De plus, par les différents événements que vivent les deux protagosnites au cours de ces 20 années, 1949 à 1969, on y apprend sur les changements et bouleversements de la société de cette époque, comme les débuts de la télévision et le rationnement que vécurent les Britaniques bien au-delà de la fin de la Deuxième guerre mondiale. Ce fut fort plaisant comme lecture. Comme quoi les livres et la lecture peuvent menés à bien des choses.

 

Lu en 2008.


http://img15.hostingpics.net/pics/728719goldenstar.png

J'aimerais bien voir le film!


http://img4.hostingpics.net/pics/62784884CharingCrossMO030710622.jpg

Repost 0
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 20:49

Dolloraclip!
Tellement de choses moches concentrées en une seule.

 

La mélodie au Casio...
Les paroles...
La moustache...
Les cheveux...
Le coton ouaté...

J'me sens...comme un publiciste (étrange à daine) qui se dit plutôt mourir que Pluto Mickey...Franchement ça dit tout!

Bonne fin de semaine tout le monde!




Repost 0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 23:32

http://img4.hostingpics.net/pics/71901361810843544821.jpg

Marseille, Jacques et Nadeije Laneyrie-Dagen – Les Grandes énigmes – 1992.

 

Les alignements de Carnac ou l'«observatoire» de Stonehenge, Ulysse appelé par les sirènes, la tour de Babel, le trésor des Cathares, Dracula le vampire, les possédées de Loudun, le mesmérisme, le cimetière des éléphants, le monstre du loch Ness, le triangle des Bermudes, les OVNIs, l'assassinat de Kennedy... Phénomènes paranormaux, énigmes historiques, secrets politiques, «Les grandes Énigmes» fait le point sur tous ces mystères. L'ouvrage présente, de façon chronologique, 150 événements, affaires ou légendes qui, à travers le temps, résistent à toute explication rationnelle et révèlent dans notre histoire l'inportance de l'imaginaire collectif. Le récit de ces énigmes est complété par une abondante illustration et par des encadrés qui apportent sur chaque événement un supplément d'information.

 

Larousse a publié plusieurs éditions différentes de ce livre, et des autres volumes de la collection «La mémoire de l'humanité», en 1992, 1994 et 1999. Chaque fois les exemplaires ont été vendus à une vitesse folle, et toutes ces éditions sont complètement épuisées. Le livre est, d'ailleurs, pratiquement introuvable aujourd'hui. Il y a de bonnes raisons à ça. Le livre est beau, bien illustré. La présentation par ordre chronologique est claire, ça nous permet de nous retrouver facilement et de situer les différents phénomènes dans le temps. L'éventail des événements et personnages présentés va du archi connu, comme le roi Arthur, la bête du Gévaudan ou les fantômes de la Tour de Londres, aux sujets plus obscurs et méconnus comme le pays d'Orphir, l'énigme Gaspard Hauser ou l'affaire Émilie Sagée. Une foule de renseignements nous est livrée sans complaisance ni parti pris. Finalement, ne vous laissez pas décourager par le format encyclopédique, c'est d'une lecture très agréable.


Lu dans les années 90.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/499371treasureicon2.png

Repost 0
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 14:27

http://img4.hostingpics.net/pics/360595livre572.jpg

L'Écuyer, Eugène - La fille du brigand – 1844.

 

Comme le souligne Michel Lord dans sa présentation, La fille du brigand est une oeuvre phare pour qui veut comprendre les tendances et les tensions de l'imaginaire au milieu du XIXe siècle. Comme les romans de Philippe Aubert de Gaspé fils, de Joseph Doutre et de Pierre Georges Boucher de Boucherville, le roman de L'Écuyer appartient pour une bonne part à l'esthétique dite gothique, c'est à dire que l'auteur donne une place importante au terrifiant et au frénétique dans son intrigue. La fille du brigand trace pour le lecteur d'aujourd'hui un portrait éloquent - et même frémissant ! - de l'inconscient collectif et de l'imaginaire québécois à une époque où les Canadiens vivaient sans doute encore sous l'effet du choc de la Rébellion des Patriotes. Eugène L'Écuyer (1822-1898) partage sa vie entre le notariat et l'écriture. En plus de collaborer à une douzaine de journaux et de revues, il est le rédacteur du Moniteur canadien (1850-1852) et de l'Ère nouvelle (1854).

 

La fille du brigand est le texte le plus connu d’Eugène L’Écuyer. Il fut d’abord publié en feuilleton dans le journal Le Ménestrel en 1844.

 

Nous sommes à Québec, au milieu du 19e siècle. Deux jeunes gens, Stéphane et Helmina, à la fin de l’adolescence, tombent amoureux. Les mœurs de l’époque étant se qu’elles sont, et ne disposant que de très peu d’informations l’un sur l’autre, ils s’inquiètent, chacun de leur côté, à savoir si leur père respectif consentiront à une éventuelle union. Ceci étant clair, précisons également que leur coup de foudre, et leur désespoir amoureux, sont engendrés par une rencontre de tout au plus une heure, et qu’ils se sont parlés approximativement un gros 20 minutes dans toute leur vie. Je sais que le 19e siècle est enclin au romantisme, et que les adolescents sont, qu’en à eux, enclin à l’exaltation. Mais y’a toujours ben des limites! Jugez par vous-même la réaction de Stéphane lorsqu’il apprend qu’Helmina (n’ayons pas peur de « spoiler ») est la fameuse fille du brigand, et qu’il va avoir du mal à faire avaler à son père le fait qu’il veuille épouser une telle fille (et on garde à l’esprit vu 1 heure/parlé 20min…):

«...Stéphane est dans sa chambre étendu sur une bergère, le visage d'une pâleur livide, les yeux égarés, les cheveux en désordre et les poings fermés. Tout à coup il se lève, se promène à grands pas, frappe tout se qu'il rencontre, et vient retomber sur son fauteuil; puis il se relève encore, se roule sur le plancher, déchire ses habits et regagne encore une fois son siège. Tantôt il grince des dents, s'arrache les cheveux, se meurtrit les bras; tantôt il pleure, il gémit, il tremble convulsivement...»

 

Se roule sur le plancher? Ai-je besoin de vous préciser que c’est over mélodramatique et hystériquement sentimental?

 

L’histoire est convenue et d'une moralité sans reproche. Il est vrai qu'on s'étonne plusieurs fois au cours de la lecture, mais je ne suis pas certaine qu'on soit surpris où l'auteur s'attendait à se qu'on le soit. Je pensais avoir de la difficulté à m’adapter au style d’écriture de l’époque, mais pas du tout, c’est assez fluide. Les personnages sont intéressants.

 

Bon, vu avec les yeux de 2011, tout ça fait plus sourire que pleurer, et on a plus le goût de secouer ce pauvre Stéphane que de compatir à ses malheurs. Évidemment le livre offre une description des mœurs des résidents de Québec au milieu du 19e siècle. L’intérêt du livre est vraiment plus de savoir que dans ce temps-là Cap-Rouge était une forêt qui suscitait crainte et effroi, car elle était remplie de repères de brigands. Ça fait d’autant plus sourire sachant qu’aujourd’hui Cap-Rouge est un quartier résidentiel de Québec, tranquille et assez aisé. Il est aussi intéressant de noter que le narrateur parle au lecteur. Lorsque, par exemple, l’histoire ramène un personnage que nous n’avons pas vu depuis quelques chapitres, le narrateur y va d’un « ...nos lecteurs se souviendront que nous avons vu plus tôt Monsieur Chose… ou ...nous dispenserons nos lecteurs d'une description de cette scène qu'ils imaginent certainement... ». C’est peut-être un effet de la transition entre la tradition orale du conteur, et la nouvelle forme, pour le Québec de l’époque, d'une diffusion écrite des histoires.

 

Lu en 2011.

 



http://img4.hostingpics.net/pics/692212sundarkcloudheavygrainicon.png

 


http://img4.hostingpics.net/pics/650677QubecEnLivres2.jpgQuébec en livres 1/10


http://img4.hostingpics.net/pics/374376PALDIET.gifPAL Diet -1

Repost 0
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 15:25

http://img4.hostingpics.net/pics/5771372112.jpg

Azimutée, complètement allumée, déjantée, toujours pleine de surprises. N'ayons pas peur des mots, cette série parodiant les soaps américains, malheureusement trop courte, mérite totalement qu'on lui voue un culte. Cultissimement géniale! Vous devez absolument la voir, sous peine d'être privé des charmes singuliers de Brenda et du pur raffinement de Criquette. Anne Dorval est extraordinaire dans les rôles des jumelles Criquette et Ashley. Marc Labrèche est plus démentiel que jamais dans les rôles des triplés Brett, Brad et Brenda. Mais tous les personnages secondaires sont complètement loufoques et tordants. Qu'on pense à la suave Becky, au toupette fou Bo, à la jolie nouille Megan, à la très chirurgicalement modifiée Crystale, ou au très guindé et ridicule lecteur de nouvelles Ridge.
Bref, comédiens talentueux, textes furieusement mabouls, de l'humour absurde déraisonnablement absurde!

Je vous propose un extrait de «Au secours! Vous êtes laide». Bonne fin de semaine à tous!

Repost 0
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 23:57

http://img4.hostingpics.net/pics/706497djoskoydey170x17075.jpgBelle découverte dans la section «Podcasts» de iTunes. Télérama Podcast Livres fait le tour de l'actualité du monde littéraire avec des thèmes comme Cercle polar, Rayons poche, et J'aime mieux lire. Ces catégories proposent des portraits d'auteurs, des présentations de livres avec lecture d'extraits, et des entrevues avec des auteurs, des critiques, des éditeurs ou tout simplement des amoureux de la littérature. C'est clair, concis et agréablement présenté. Et très mauvais pour la PAL Diet!

En plus ce podcast nous offre des lectures, par chapitre, de classiques de la littérature comme Le tour du monde en 80 jours de Jules Vernes, lu par Laurence Guillermaz, avec bruitage et tout, comme au bon vieux temps des aventures radiophoniques. Un délice!

Ne vous en privez surtout pas, c'est gratuit!

http://img4.hostingpics.net/pics/434174RadioEntertainment.gif

Repost 0
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 23:08

JeSuisUneLegende.jpg

Matheson, Richard – Je suis une légende (I am a Legend) – 1954.

 

Chaque jour, il doit organiser son existence solitaire dans une cité à l'abandon, vidée de ses habitants par une étrange épidémie. Un virus incurable qui contraint les hommes à se nourrir de sang et les oblige à fuir les rayons du soleil... Chaque nuit, les vampires le traquent jusqu'aux portes de sa demeure, frêle refuge contre une horde aux visages familiers de ses anciens voisins ou de sa propre femme. Chaque nuit est un cauchemar pour le dernier homme, l'ultime survivant d'une espèce désormais légendaire.

 

J’ai beaucoup aimé ce roman, il m’a réellement touché. L’auteur a un don pour nous rendre presque palpable la solitude du personnage principal. On ressent ses espoirs, désespoirs, et toute la lourdeur de l’ambiance. On vit avec lui sa routine emplie de peur et d’isolement. Emplie du fait qu’il doive lutter sans cesse pour rester en vie dans une existence où rien ne le retient, et où il est devenu une anomalie. L’horreur est d’ailleurs plus là, dans son combat contre l’isolement et le risque de devenir fou à force de vivre seul avec ses pensées et ses souvenirs. Puis, il y a cette menace constante des vampires, qu’il combat du mieux qu’il peut. Cette menace qui l'oblige au confinement de sa maison et de sa musique, pour éviter de voir et d'entendre ses anciens voisins, maintenant vampires, qui encerclent chaque soir sa demeure. Mais Neville est ingénieux et intelligent, et on apprécie ses trouvailles pour rester en vie et chasser les vampires. De plus, sa quête scientifique pour trouver une cause et un remède à la maladie, qui est à l'origine de l'épidémie, vient ajouter encore plus de profondeur au récit.

 

C’est un très bon roman fantastique, puisque derrière l’histoire d'horreur d’une population presque entièrement changée en vampire, il y a une observation de nos rapports aux autres et à la société : la mort, le deuil, la solitude, l’exclusion, la majorité qui à toujours raison, et la minorité qui finit toujours par être une menace.

 

Lu en 2008.


http://img4.hostingpics.net/pics/499371treasureicon2.png

Repost 0